The Promised Neverland

https3a2f2fde7i3bh7bgh0d-cloudfront-net2f20162f082f102f212f052f082fe1f6a367-9b36-4df4-9955-c6f5995e17b12fnl_freshmeat_1

Impression

The Promised Neverland est un shonen scénarisé par Kaiu Shirai et dessiné par Demizu Posuka. Il est prépublié au Japon par le magazine Gekkan Shonen Jump. Il est également publié par les éditions Shueisha au Japon et Kazé en France. Les tomes 1 et 2 sont déjà disponible et la tome 3 sort le 22 août 2018 il me semble. Mais si vous êtes aussi impatients que moi, il y a toujours les scans en attendant la sortie des tomes.

4

Emma, Norman et Ray coulent des jours heureux à l’orphelinat Grace Field House. Entourés de leurs petits frères et soeurs, ils s’épanouissent sous l’attention pleine de tendresse de « Maman », qu’ils considèrent comme leur véritable mère. Mais tout bascule le soir où ils découvrent l’abominable réalité qui se cache derrière la façade de leur vie paisible ! Ils doivent s’échapper, c’est une question de vie ou de mort !

The Promised Neverland Tome 1

avis

 

 

 

 

J’ai connu The Promised Neverland grâce à Instagram et ses bookstagrameur(se)s /mangastagrameur(se)s. J’ai continué à en entendre parler sur Twitter avec les beaux teasing de Kazé. Malheureusement, cet été (et comme la plupart du temps en fait), j’ai zéro argent. Disons que mon argent va, pour le moment, ailleurs et donc je ne fais pas une très bonne fan et lectrice. Je suis donc les scans pour le moment et achèterais les tomes un peu plus tard comme beaucoup d’autres livres et magazines. C’est l’instant je raconte ma vie financière et mes priorités, maintenant passons à ce qui vous intéresse vraiment : mon avis !

Commençons par quelque chose de très important pour une BD, un manga ou même un roman illustré : les graphismes. Du moins, ils le sont pour moi. Si les graphismes ne me plaisent vraiment pas alors il y a 70% de chance que je passe complètement à côté de l’histoire. Il y a quelques exceptions comme Shingeki no Kyojin. Oui ça s’améliore mais c’est toujours loin d’être du grand art.

Le graphisme est, à lui seul, très prenant. De plus, il y a une certaine contradiction dans ce graphisme qui se mêle magnifiquement à l’ambiance un peu glauque qui règne. Demizu Posuka nous présente de magnifiques payasages ainsi qu’un chara-design à tomber mais dans ses paysages ou ses expressions faciales il y a toujours un petit quelque chose qui suffit à nous mettre mal à l’aise. Le manga ne se contente pas d’avoir une histoire sombre et reprend, en mettant sa touche personnelle, les codes graphiques de ces histoires ! C’est un bonheur de se plonger dans cette histoire dans laquelle nous sommes de suite emportés !

Mais les graphismes à eux seuls ne suffiraient pas à faire de ce manga une petite perle… L’histoire est tout autant voire plus importante que ces derniers. Nous nous retrouvons baignés dans une atmosphère lourde, ça vous l’aurait compris mais en plus, je n’ai pas pu m’empêcher de faire marcher mes petites méninges. Pourquoi ? Vont-ils s’en sortir ? Quel est ce monde dans lequel j’ai pénétré par le biais de mes yeux ? S’ils font comme ça, est-ce que ça pourrait marcher ? Y a-t-il vraiment une solution pour eux ? Vont-ils vraiment emmener tout le monde ? Tout le monde pourra-t-il être sauf ? Tant de questions qui se mélangent et tant de temps à avoir les réponses… J’ai étais tellement plongée dans mes questionnements que j’ai fini par ne plus me rendre compte que les pages défilaient. Je n’attendais qu’une chose : avoir des réponses à mes questions. [SPOIL] Si tu ne lis pas les scans, je ne te conseille pas de lire la suite. Aussi, l’histoire ne s’arrête pas à l’évasion de cette ferme. Elle s’étend au monde extérieur et plus. Cela lui donne tellement plus de possibilités et nous donne tellement plus de questionnement. Est-ce qu’un jour ils auront le monde auquel ils aspirent ? [FIN SPOIL] Aussi, les thèmes abordés sont principalement l’idéologie, la chasse et la survie. Des thèmes qui sont très bien travaillés et qui nous absorbent directement.

Cependant, il y a un élément sur lequel j’ai bloqué pendant un moment. J’ai eu beaucoup de mal avec leurs capacités. C’était irréaliste pour moi de voir des enfants de cet âge avoir autant de compétences mentales et physiques. Cela relevait purement et simplement de l’impossible. Seulement, je me suis posée une question : Si j’avais grandi dans le même environnement qu’eux, quelles auraient été mes capacités à cet âge là ? C’est pourquoi je l’ai accepté. Leur faculté d’adaptation force le respect et est plutôt naturelle. [SPOIL #2] Si tu ne lis pas les scans, je ne te conseille pas de lire la suite. Néanmoins, maintenant qu’ils sont dans un environnement qu’ils ne connaissent pas. Même si Yugo est là, j’ai énormément de mal à croire qu’ils arrivent à s’adapter sans faire des erreurs qu’ils leur coûteraient pas mal. L’erreur serait normal et il n’y en a pas vraiment… Je suis donc assez sceptique… [FIN SPOIL #2]

Pour conclure, The Promised Neverland est un manga qui nous met des étoiles pleins les yeux grâce à son sublime graphime mais sait nous tenir en haleine à l’aide de son scénario à couper le souffle et on univers hors du commun.  J’ai encore quelques petites réticences envers un certain sujet (spoil #2) mais dans l’ensemble c’est un énorme coup de coeur ! Merci à Kazé pour nous offrir la possibilités de compter ces tomes dans notre bibliothèque ! Je les aurais à coup sûr que ce soit dans un mois ou dans 5 ans !

COUP DE COEUR

Publicités