The snow is on the sea

https3a2f2fi-ytimg-com2fvi2f6abmii93_-y2fmaxresdefault

Impression

The snow on the sea est un film coréen scénarisé par Kim Goon Joo et Kim Jeon Kwon et réalisé par Kim Jeon Kwon. Il est sorti en janvier 2015 et a été distribué par Mines Entertainment. Vous pourrez le retrouver en vostfr sur Viki.

4

Sun Mi souffre d’un trouble sanguin rare qui l’a souvent rendue malade et menée à être hospitalisée en grandissant. Malgré sa maladie, Sun Mi essaye de profiter de la vie. Elle travaille à présent comme parfumeuse, et crée des senteurs à partir de fleurs et d’épices qu’elle rassemble au cours de ses déplacements à divers endroits.

Lors de l’un de ces voyages d’affaires dans un aquarium, Sun Mi rencontre Sang Woo , un nageur professionnel qui y travaille et s’occupe des animaux. Pourront-ils profiter pleinement de leur temps ensemble tandis qu’ils s’éprennent l’un de l’autre ?

avis

 

 

 

 

The snow on the sea est un film que j’ai découvert en fouillant un peu les films accessibles sur Viki. Je l’ai enregistré dans ma wish list parce que Park Hae Jin. Je l’ai découvert sous différent rôles dans Cheese in the trap, Doctor stranger et Man to Man. Je ne l’ai pas apprécié dans Cheese in the trap mais l’ai adoré dans les deux autres. Je voulais donc voir ce qu’il était capable de faire dans une tragédie romantique et dans une format plus court qu’un drama. Quand à Lee Young Ah, c’est une première pour moi et sa performance n’est vraiment pas mal. Elle n’est pas extraordinaire mais pas catastrophique non plus.

C’est le genre de film que je ne regarde plus car il n’existe plus rien d’original dans ces derniers. L’histoire suit le même fil et finit toujours de la même manière. C’est ce que je me suis dit durant tout le visionnage et la fin devient une véritable claque. Il y a tout pour me dire que j’ai raison et d’un coup, c’est LE retournement de situation. Même si on fait vraiment attention au début et à la presque fin on voit la chose venir peut-être, ce n’est qu’une hypothèse. Moi qui voit les choses arriver assez vite, du moins souvent, j’ai été surprise à bien des égards.

Les personnages en eux-mêmes sont assez attachants. C’est toujours beau de voir des personnes s’accrocher à tout ce qu’ils peuvent malgré toute leur difficulté. Le message du film est d’un côté clair : Aimez et donnez tout ce que vous pouvez mais ne soyez pas obsédés. Du moins, je l’ai vu comme ça. Je me suis demandé ce qu’il voulait faire passer pendant un moment. Pour moi, tout film veut nous faire passer un message aussi minime ou insignifiant pour certains, je suis persuadée qu’il existe.

Cependant, s’il y a une chose à reprocher au film c’est justement son format qui accélère toute l’histoire. Il ne passe pas par quatre chemins, loin de là ! Tout se passe trop vite. Leur rencontre et la venue de leur sentiment, le développement de leur relation, les complications et les bons temps. Tout est si rapide que l’on se demande si c’en est possible. Je comprends pourquoi tout se passe vite. Après tout, Sun Mi n’a pas le temps que nous avons. Ce couple n’a pas le temps que nous avons et il veut vivre tout ce qu’il pourrait vivre s’il en avait le temps. Même le point négatif a une part de beauté.

Pour conclure, ce film est de toute beauté ! Que ce soit sa réalisation plutôt sympathique, les personnages, le casting, le film est incroyablement beau. Sa fin vous transperce de tous les ports de votre peau et vous restez quelques secondes sans rien faire juste à réfléchir avec peine. Je ne suis plus aussi amoureuse des romances traitant de maladie incurable mais celui-ci en vaut le détour alors vous pouvez foncer !

COUP DE COEUR

 

Publicités

Les optimistes meurent en premier

https3a2f2fouvrelivres-files-wordpress-com2f20172f092fnielsen

Impression

Les optimistes meurent en premier est un roman canadien écrit par Susin Nielsen. Il est édité par les éditions Hélium et traduit par Valérie Le Plouhinec. Il est destiné à des lecteurs jeunesse ou jeune adulte et compte 192 pages.

4

Depuis la tragédie qui a anéanti sa famille, Pétula De Wilde, seize ans, a développé de nombreuses phobies. La voilà coincée entre ses parents accablés par le chagrin et une ex-meilleure amie qui ne lui adresse plus la parole. Pessimiste, elle estime qu’une très grande prudence et une hygiène extrême lui permettront de parer à la moindre catastrophe.

Mais est-ce bien réaliste ?… Au lycée, contrainte et forcée, elle fait partie d’un cours qu’elle surnomme Travaux manuels pour les fous. Les adolescents « à problèmes » qui y assistent se supportent tout juste. Jusqu’à ce que « l’Homme bionique » fasse son apparition. Le mystérieux Jacob, amputé d’un avant-bras à la suite d’un accident, passionné par le cinéma et aussi rentre-dedans que sarcastique, rejoint le groupe ; malgré ses réticences, l’adolescente a du mal à résister à son charme. Elle revit et en oublie ses phobies. Mais il se pourrait que Jacob, lui aussi, cache un secret trop lourd à porter…

Source : Edtions Hélium

avis

 

 

 

 

Les optimistes meurent en premier est un livre que j’ai emprunté au CDI . J’en ai entendu vaguement parler sur les réseaux sociaux et blogs mais ce qui m’a donné envie de prendre ce livre ce sont les phobies. L’histoire parle principalement de deuil, de culpabilité des phobies et de l’handicap qu’elles sont au quotidien. Il a d’autre sujet comme la famille, les amis, l’amour, et donc la relation avec les autres, la reconstruction de soi (forcément), et bien d’autres.

Pour commencer, je me suis beaucoup identifiée au personnage principal, Pétula. Je n’ai pas les mêmes phobies qu’elle, loin de là mais la relation qu’elle a avec les autres et elle-même. Tout comme elle, mes relations avec les autres sont très hésitantes. Le problème n’est pas forcément les gens mais nous mêmes. Il y a peu mon estime de moi-même était encore très basse et je ne voyais pas l’intérêt que je pouvais avoir pour les autres. Cela s’améliore avec le temps mais je sens que j’ai encore beaucoup de travail sur moi-même à faire. Cette partie nous différencie un peu toutes les deux. Pétula se laisse descendre de plus en plus bas, niveaux souterrain après niveau sous-terrain. Elle n’est pas digne des autres et elle ne veut pas l’être. Moi mon asociabilité et le non-contrôle de mes émotions me dérange surtout dans le milieu professionnel. De plus, il est important de toujours se remettre en question sur des choses négatives mais aussi sur des choses positives car c’est comme cela que l’on évolue selon moi.

Mais Pétula ne reste pas au même stade et finit par arrêter de s’enfoncer elle-même. Grâce à Jacob, elle découvre qu’elle peut vivre et apprend peu à peu à redonner goût à sa vie. Ses relations avec les autres changent et nous assistons à son évolution extrêmement touchante. J’ai ressenti beaucoup d’émotion à travers ce personnage et j’en suis comblée.

Ensuite, il y a ces personnages secondaires qui font que l’histoire existe. Cet atelier thérapeutique nous offre une petite panoplie de personnages avec des cas différent. L’évolution de Pétula avance plus ou moins au même rythme que celle des autres personnages. On en apprends plus sur leur vie, leur pensée et nous apprenons à les comprendre avec Pétula. J’ai pu découvrir un bon nombre de chose même si l’histoire reste fictive. Cette lecture m’a profondément interpellé et je la garderais en mémoire pour un très long moment ! J’oublierais sûrement des détails mais j’en verrai les contours, les contours de ce qui m’ont le plus ébranlé dans cette histoire !

Cependant, il y a tout de même un point qui m’a un peu déçu, dérangé. L’histoire entière de Jacob ne vient qu’à la presque fin. Je n’ai donc pas pu assiter à sa reconstruction et son évolution mais seulement qu’au début de celles-ci. Je trouve ça dommage et reste un peu sur ma faim…

Enfin, le titre et la citation au tout début du livre continuent de vivre à travers l’histoire. Nous avons le droit à des débats entre pétula qui est pessimiste et Jacob qui penche vers l’optimisme. Qu’est-ce qui est le mieux au fond ? Les optimistes meurent-ils vraiment en premier ? Et s’il meurent vraiment en premier, est-ce que cela en vaut la peine ? L’histoire ne donne pas de réponse et c’est génial ! Elle te guide et c’est à toi de choisir ce que tu en penses. Elle te laisse la liberté totale de tes pensées !

Pour conclure, Les optimistes meurent en premier est un livre à lire. C’est une histoire bourrée d’émotions et de vérité. Une histoire qui vaut le détour et que je ne peux que te recommander !

 

 

#DansleCoeurd’uneHistoire : Les bloggueurs littéraires

36543102_2337864622907661_3266105483651448832_n

Bonjour tout le monde  ! Après avoir lu l’article de Weaslayinherbed sur ce petit tag je l’ai trouvé très sympathique. J’ai eu donc envie de le faire même si on peut compter bien plus de chronique/review (comme vous voulez, je n’arrive pas à faire la différence) drama coréen qu’autre chose mais il y en a quand même si on fouille un peu !

Plutôt corne ou marque page ?

Je préfère les marques pages. Je m’en suis fait quelques uns à l’aquarelle et j’ai un projet graphisme personnel qui compte en autre des marques pages. Mais en ce moment, je marche à la mémoire. J’ai toujours retenu les chiffres facilement donc je me souviens assez facilement à quelle page je me suis arrêtée.

As-tu déjà reçu un livre en cadeau ?

Oui, plusieurs fois même. Je pense que c’est ma mère qui m’en a offert (contes, romans d’enfant, romans d’ados, romans, magazine, mangas, etc) le plus mais j’ai quelques amis qui m’ont offert principalement des mangas. J’essaie d’avoir un ou deux livres par mon chéri pour mon anniversaire prochain mais chuut.

Lis-tu dans ton bain ?

Il faudrait déjà que je prenne des bains et c’est pour le moment compliqué. J’habite dans 11 m2. Je n’ai pas de porte pour mes toilettes et la douche est hors de l’appartement, tout au fond du couloir… Mais si j’avais une baignoire, je pense que j’essaierai. Mon pauvre livre risque clairement la mort avec moi mais avec des bougies c’est tellement cocooning que c’en est vachement tentant.

As-tu pensé à écrire un livre ?

J’écris depuis que je suis toute petite. En ce moment j’écris beaucoup moins mais j’ai envie d’écrire un romans et un recueil de poésie. Je le travaille très lentement mais j’arriverai à terme un jour car je le veux.

Que penses-tu des séries de plusieurs tomes ?

Je suis très partagée sur les histoires sous plusieurs tomes que ce soit deux ou six. D’un côté cela laisse place à une plus grande histoire, un plus attachement aux personnages et d’avantage d’aventure et de mésaventure (quelques soit le genre). D’un autre côté, elles entraînent des longueurs et certains choix idiots qui ont très vite tendance à me lasser de l’histoire.

As-tu un livre culte ?

Le petit prince, of course.

https3a2f2f68-media-tumblr-com2f0336aabd5fab1d327e3dd914978297712ftumblr_o3dg7b61ys1u5vp7wo1_500

Aimes-tu relire ?

Le petit prince, of course. Plus sérieusement, je ne suis pas une grande relectrice. Il n’y a que le petit prince que je pourrais lire tous les deux mois sans aucuns problèmes. Pour tous les autres livres, je n’aime pas les relire avant de ne pas me rappeler de l’histoire. Dixit la fille qui se fout de se faire spoiler….

Rencontrer ou ne pas rencontrer les auteurs qu’on a aimés ?

Cela dépend de la rencontre. Une dédicace ne m’apporte rien. Je n’en comprends pas l’intérêt. Je peux comprendre l’intérêt qu’en ont certaines personne mais ça s’arrête là. Par contre, parler et prendre une photo avec, oui c’est intéressant. La photo vient toujours après la discussion simplement pour mémoriser le moment.

Aimes-tu parler de tes lectures ?

Oui, sinon je n’aurais pas de blog. Au-delà d’en parler, j’aime échanger, partager et débattre sur ces dernières.

Comment choisis-tu tes livres ?

Je ne cache pas que la couverture est une part de mon choix mais elle ne fait pas tout. Je fait parti de celle qui lise le résumé. Je lis parfois des extraits. Sinon, il y a beaucoup de livre qui se sont rajoutés à ma wish-list depuis que je connais la communauté Bookstagram.

Une lecture inavouable ?

Aucune. Ne jamais avoir honte de quoi que ce soit.

Tes endroits préférés pour lire ?

Les transports, dans la nature, en hauteur (sur un toit, un haut rocher, etc) et sur mon lit sont mes endroits préférés !

0407-2018-050821515283754187

Lire par dessus l’épaule ?

Parfois oui mais j’essaie de ranger ma curiosité dans ma poche car je n’aime pas que l’on me le fasse. Ne pas faire à autrui ce que l’on ne voudrait pas que l’on nous fasse est mon principe de base et devrait être celui de tout le monde mais c’est un autre débat.

Télé, jeux-vidéo ou livre ?

Je ne regarde pratiquement jamais la télé et ne joue pas aux jeux-vidéos donc livre.

Que deviendrais-tu sans livre ?

Je me rattraperais sur les séries, les films et les dramas mais je serais très triste.

Tu achètes un livre sur le net et il est un peu abîmés, que fais-tu ?

Je le garde. J’abîme mes livres, soory not sorry. Avoir un livre impécable, c’est pas mon truc. Je ne suis pas pointilleuse là-dessus que cela choque ou non.

Quel est l’élément qui t’a donné le goût à la lecture ?

Etre ailleurs, tout simplement.

Que penses-tu de toutes ces adaptations cinématographiques ?

Cela dépend. Certaines sont bonnes et d’autres non mais rien ne vaut le livre original.

Si tu ne pouvais lire qu’un seul livre ?

Le petit prince, obviously !

Si tu ne devais retenir qu’un seul personnage ?

Je ne peux pas choisir et surtout cela marche par période, comme à peu près tout chez moi. En ce moment, le personnage que j’admire et donc je me souviendrais pour un bout de temps est Cheyenne de Nous les filles de nulle part. Sa force m’a beaucoup touché et a sûrement touché beaucoup de monde !

Comment classes-tu tes livres dans ta bibliothèque ?

J’hérisse souvent les poils de mes lecteurs mais je les range comme dans les magasins par genre et ordre alphabétique. Je n’ai pas encore assez de livre pour les ranger par genre car je ne suis pas une grande acheteuse mais une grande emprunteuse. Un jour, j’aurais une pièce rempli de livre.

library-books_4460x4460.jpg

Es-tu livre papier ou ebook ?

Je préfère lire les livres papier car je n’ai pas le même ressenti. Cela me parait plus authentique. Surtout, moi qui suis insomniaque, lire sur du papier me fatigue plus que sur un écran !

Que fais-tu des livres une fois lus ?

Je fais mon avis. Je fais une photo. Je publie sur les réseaux et mon blog. Je rend le livre à la bibliothèque ou au CDI. S’il m’a plu, je l’achète plus tard.

Connais-tu la règle des 99 pages ? Si oui, l’appliques-tu ?

Je ne la connais pas et elle ne m’intéresse pas.

Quel est ton méchant préférés ?

Lorsque j’étais petit c’était Jafar. Aujourd’hui, je ne sais pas trop. J’ai plus de méchant fav dans les dramas.

Quel est le livre que tu as le plus détesté ?

Pour le moment, c’est un livre que j’ai lu il y a un an et qui me laisse toujours un goût amer dans la bouche. Les dieux du Tango est un livre féministe qui parle des conditions de la femme d’une mauvaise façon selon moi. Il m’a énormément déçu ! Je ne dis pas que c’est un mauvais livre et qu’il ne faut pas le lire. Il a plu à d’autres gens et cela pourrait être vous.

20180718_153711.jpg

C’est la fin de ce tag. J’espère qu’il vous aura plus. Toutes les personnes qui le veulent, faites-le. C’est plutôt fun de faire ce genre d’article. Je l’ai mis dans la catégorie #DanslecoeurdUneHistoire car il parle de mon rapport avec ce qui permet une histoire d’exister.